Chronique Littéraire

L’horreur du métro

7305773

  • L’horreur du métro
  • Thomas Monteleone
  • 309 pages
  • J’ai lu
  • 3/5

Résumé : Le cadavre était presque réduit à l’état de squelette. Sur quelques lambeaux de chair verdâtre rampaient encore une multitude de choses voraces, grouillement informe de gélatine visqueuse, agitée de convulsions obscènes. Soudain les « choses » parurent remarquer la présence de Whitney, l’exterminateur de rats, et son hurlement de terreur et d’agonie résonna longuement dans les couloirs déserts du métro.

De Whitney, on ne retrouva que quelques os bien blancs, bien propres. De Jeff, le surveillant des égouts, et de Sam, le vieux poivrot, pas davantage.

Et l’inspecteur Corvino, chargé de l’affaire, soupçonne que ces meurtres inexplicables ne font que commencer. Comme si, en creusant ces tunnels immondes dans les entrailles de la terre, l’homme l’avait violée et devait dès lors payer pour ce crime.

Avis : Alors que je viens de terminer L’horreur du métro, je ne suis toujours pas certaine de quoi en penser. Vous vous rappelez quand je vous ai parlé dans une autre chronique, combien j’avais flanché pour sa couverture? Hé bien peut-être avais-je trop d’attentes. Ce livre avait un magnifique potentiel, une histoire qui aurait pu être horrifiante et nous offrir un climat de pure terreur. Mais voilà, l’on a l’impression de rester en surface de celle-ci.

Monteleone a une plume précise qui sait dresser dans notre esprit, un univers sans zone d’ombre ou tout nous y apparaît clairement. Il nous entraîne dans les profondeurs du métro de New York en nous livrant une foule de descriptions si bien faites, que l’on a l’impression d’y voyager. Cela étant sans doute le point fort de ce livre. J’ai adoré découvrir ce monde qui m’est totalement inconnu.

Les personnages sont quant à eux de magnifiques stéréotypes. Pas que ce soit une mauvaise chose en soi, je ne m’attends pas dans un livre à ne jamais en retrouver, loin de la. Mais ici, ils le sont tous. Nous avons un policier et son coéquipier, la jolie journaliste qui semble t’il d’un simple sourire peut charmer à peu près tout le monde. Et n’oublions pas le professeur qui étudie l’occulte et semble assez farfelu sur les bords. Honnêtement, sans vous en dire plus, je suis certaine que vous pourriez très bien dresser leurs portraits sans n’avoir lu aucune ligne.

En fait, l’histoire est très bien et certaine chose m’on rappelé l’univers de Lovecraft. Cette histoire aurait pu être grandiose et terriblement angoissante. Malheureusement, c’est comme si l’on avait seulement exposé la surface sans chercher à aller plus loin.

En bref, ce fut une bonne lecture, mais qui m’aura déçue un peu.

Bonne lecture.

Publicités

8 commentaires sur “L’horreur du métro

  1. Ca me rappelle un autre livre, une trilogie en fait, qui commence avec « Le repaire des rats » (je crois). Qu’est-ce que j’ai pu avoir peur en la lisant, et pourtant c’est rare quand ça m’arrive ! Mais l’auteur a rendu son sujet tellement réaliste, j’ai eu du mal à retourner dans le métro après ça ^^’ Je te la conseille si tu es amatrice du genre 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui je l’ai lue et j’ai tellement aimé! ( d’ailleurs le troisième livre à été un gros coup de cœur). Dans cette trilogie, l’auteur avait vraiment fait un magnifique travail et on ressentait vraiment le climat de terreur. Je me disait justement en le lisant, que les gens après l’avoir lu ne devait pas trop se sentir enthousiasme à reprendre le métro. Merci du conseil.

      Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s